LE CO-DODO AVEC BEBE – NOTRE EXPERIENCE

cododo bébé

Le co-dodo, un grand débat ! Avant la naissance, comme beaucoup de parents je suppose, j’avais pris plaisir à préparer la chambre de Louise et je m’étais dit qu’elle dormirait dans son lit. C’était une évidence même ! Je me souviens, quelques jours avant d’accoucher, Steph m’avait dit « Peut-être qu’elle dormira dans notre chambre au début ! ». Et je lui avais dit « Non non, chacun sa chambre ! ».


Le sommeil à son arrivée

Puis j’ai accouché ! Et j’ai rencontré ce petit être qui venait de passer huit mois bien au chaud dans mon ventre. La première nuit a été cool. Elle était sûrement fatiguée de l’accouchement car les réveils ont été courts et elle a même dormi tard le matin. La deuxième nuit n’a pas été la même du tout ! Louise a beaucoup pleuré, je me sentais impuissante, je ne comprenais pas ce qui n’allait pas vu qu’elle avait mangé et que je l’avais changée. Je me souviens que Steph ne l’entendait pas, il dormait bien, et je me sentais désemparée. Je la prenais dans mes bras mais ça ne changeait rien ! J’ai donc appelé une sage-femme qui est venue me rassurer. Elle m’a dit que Louise avait tout simplement besoin d’être rassurée, qu’elle venait de passer 8 mois dans mon ventre et que subitement, elle se retrouvait dans un univers inconnu. Elle m’a conseillé de m’allonger et de la prendre sur moi, puis de la prendre avec moi dans mon lit. Ma première réaction : « Mais je vais pas l’écraser ? ». Elle m’a de suite rassurée en me disant de mettre un coussin sur le côté du lit et de mettre Louise légèrement plus haute que moi, de telle façon à ce que ma tête arrive à hauteur de ses fesses/jambes. Elle m’a expliqué que Louise avait besoin de sentir que j’étais là, de sentir de la chaleur, d’entendre ma respiration, que ça allait la rassurer. Ça a été radical, elle s’est immédiatement endormie et a dormi paisiblement jusqu’au biberon suivant. J’ai été scotchée. C’est vraiment à ce moment-là, en milieu de 2e nuit, que j’ai pris conscience de ses besoins physiologiques et émotionnels. C’est vraiment là que je me suis rendue compte qu’elle avait besoin de moi et besoin d’être rassurée. C’est aussi à ce moment-là que j’ai compris qu’écouter mon bébé serait le moyen d’avoir un bébé épanoui, serein et paisible.


Les premiers mois

Les nuits suivantes à la maternité, j’ai gardé cette habitude et les nuits ont éte beaucoup plus sereine. Finalement, ça me faisait du bien aussi à moi d’avoir mon bébé contre moi, j’en avais vraiment besoin aussi. C’est une séparation difficile pour nous aussi en fait. On ne s’en rend pas forcément compte, d’autant plus que dans mon cas, c’était soudain. Le retour à la maison a été compliqué le premier jour puisque Louise a fait une chute de température jusqu’à 35 degrés pendant sa première sieste chez nous, dans son lit. On se voyait déjà partir chez un pédiatre mais aucun était disponible. J’ai alors appelé la sage-femme qui allait suivre Louise pendant son premier mois à la maison, et sur ses conseils, j’ai pris Louise en peau à peau pour la réchauffer. Mon buste, son petit corps en couche sur moi, puis ma grosse couette sur nous. En une heure, sa température était remontée. À ce moment-là, je me suis vraiment dit que je pouvais avoir la solution à tous ses maux. Du coup, les nuits suivantes, elle a aussi dormi avec nous. Elle pleurait dans son grand lit, elle avait besoin de nous sentir là. En fait, avec le recul, le co-dodo me semble encore plus être une évidence. Nous n’avions pas acheté de couffin, je n’y avais pas spécialement pensé. On a bien essayé de la mettre dans la nacelle près de nous mais c’était pas idéal en termes de confort. Du coup, elle est restée entre nous. On a un grand lit et elle était bien, placée légèrement plus haute que nous dans sa petite gigoteuse. De semaine en semaine, ça a finalement duré plusieurs mois. Elle s’endormait bien, elle dormait hyper bien et avait vraiment ce besoin de nous sentir là. Pendant l’endormissement, elle tendait les bras des deux côtés pour sentir nos têtes/nos oreillers. On a adoré ces moments-là nous aussi.


Premières nuits dans son lit

Après avoir tenté de temps en temps à 3 mois, c’est vers 4-5 mois qu’on a progressivement commencé à la mettre dans son lit pour les siestes puis le soir car on l’a sentie prête. L’endormissement était un peu plus long. Elle s’endormait souvent contre moi puis je la posais dans son lit. Quelques temps après, j’ai eu l’idée de lui mettre mon oreiller dans son lit. Je sais que ce n’est pas forcément conseillé, mais par moment, on fait comme on peut. Ça a très bien fonctionné. Quand je la posais dans son lit, elle se tournait immédiatement en directement de mon oreiller qui la rassurait et s’endormait. Vers 6 mois, l’endormissement a été très compliqué car elle luttait beaucoup et ça pouvait durer jusqu’à 1h30, Louise sur l’avant bras ou à l’épaule, en marchant, en la berçant … Ça a été la période la plus difficile nerveusement. C’est fatiguant d’avoir peu de soirées et de moments pour vraiment se poser dans le canapé et ne rien faire ! Ca a duré encore pendant les vacances même si ça allait plus vite vu qu’elle était fatiguée de sa journée. Par contre, elle dormait bien, toute sa nuit avec nous !


Le co-dodo si besoin !

À la rentrée, il y a eu la crèche ! C’est un changement, surtout pour le sommeil car il est différent à la maison et en crèche. Les siestes ont été plus compliquées car Louise avait du mal à se laisser aller. Elles sont aussi plus courtes car il y a du bruit, des enfants, etc … Le soir, elle était plus fatiguée ! On a pas voulu rompre avec le cododo des vacances pour ne par surcharger de changements. Du coup, elle a re-dormi avec nous quelques temps. Puis en octobre, vers 7 mois et demi – 8 mois, elle est retournée dans son lit. La période compliquée a commencé. Qui dit crèche, dit maladies ! Rhino, otite, trachéite et tout le tralala. Nos nuits ont été sacrément mouvementées pendant 3 mois. Elle s’endormait relativement vite mais elle était souvent réveillée vers 23h ou minuit car elle avait des difficultés à respirer. Du coup, souvent, elle commençait sa nuit seule et la finissait avec nous. Forcément, au bout de quelques semaines, elle avait envie de s’endormir avec nous ! Mais j’ai trouvé la parade, lui redonner mon oreiller. Ça la rassurait et elle s’endormait très bien. Au mois de décembre, vers 11 mois, les premières dents sont sorties et là encore, sommeil agité ! Elle mangeait ses points. Là, on a opté pour le Dolodent qui la soulageait bien pour qu’elle se rendorme !

Vers 12 mois, c’est là qu’on a senti un changement ! Moins malade, elle s’endormait très vite dans son lit et ne revenait plus avec nous du tout. Mais ça a duré un mois ! Louise a eu une poussée dentaire de sa 4e dent + une gastro-entérite vers 13 mois ! On l’a retrouvée une nuit vers 1h du matin, elle avait vomi et vu qu’elle était sur le ventre, elle a paniqué et hurlé. Cette nuit-là : bain + nettoyage du lit complet. Elle a fini la nuit avec nous. A partir de là, ça a chamboulé notre poupée. Dès qu’on la couchait, elle se relevait immédiatement, elle s’accrochait aux barreaux et elle montrait la porte du doigt ! Je suis de celles qui pensent que ça ne sert à rien de s’acharner et que tant qu’elle aura besoin d’être rassurée, on la prendra avec nous, peu importe l’âge et le motif. Pendant un bon mois, on l’a endormie sur notre lit, avec nous, puis on la transvasait dans son lit. Elle est grande donc elle n’a pas assez de place avec nous (et nous non plus !). Mais surtout, on tient à ce qu’elle se réveille dans son lit pour qu’elle assimile qu’elle y est bien. Ça a fonctionné car depuis avril, on arrive à nouveau à l’endormir dans son lit en mettant en place un vrai rituel pré-dodo ! Toujours le même pour qu’elle se sente en sécurité.


AVEC DU RECUL, NOTRE AVIS ?

Avec le recul, le cododo, c’est pour moi une évidence si bébé en a besoin. J’aurais été incapable de la laisser pleurer avant de s’endormir. C’est toujours le cas d’ailleurs. Qui a envie de s’endormir en pleurant ? A son âge, les pleurs sont toujours justifiés : faim, douleur, couche sale, fatigue ou besoin d’être rassurée. Et si elle a besoin d’être rassurée, d’avoir son papa ou sa maman, impensable pour nous de la laisser triste dans son lit. On en parlait d’ailleurs récemment avec d’autres parents qui nous disaient laisser pleurer leur enfant pendant 30 minutes avant de s’endormir et que finalement, il ou elle s’endormait. Pour moi, c’est presque inhumain. Le bébé s’endormira, c’est sûr, d’épuisement à force de pleurer et d’appeler. Et il s’endort en ayant la sensation que personne n’a été là pour lui. Quelle horreur ! Louise est un bébé vraiment doux, calme et apaisée. Elle ne crie pas, elle pleure assez rarement. Certes, elle développe son petit caractère mais globalement, que ce soit ses mamies qui la gardent, la crèche, le relais d’assistantes maternelles ou nos amis, on a toujours de beaux compliments et je suis sûre qu’un bébé rassuré, c’est un bébé qui va bien. Comme un adulte en fait …


LES REMARQUES DES AUTRES

En France, le co-dodo, ce n’est pas la norme, alors quand vous en parlez, on vous prend presque pour des fous, des parents sur-protecteurs. Mais en me renseignant un peu sur le sujet au début de la vie de Louise, j’avais lu qu’en Chine, 90% des bébés de 3 mois dorment près de leur maman, 65% au Japon et que dans les pays nordiques, 50% des bébés de 3 mois dorment près de leur maman dans le même lit ou dans un lit de cododo. Comme quoi, on est pas les seuls ! Pourtant, je peux vous dire que ça donne lieu à des remarques.

  • On nous a souvent dit « Vous êtes fous, elle va s’habituer ! ». Verdict ? Chaque fois qu’on l’a sentie rassurée et qu’on l’a mise dans son lit, ça se passait très bien, on a pas eu de complication particulière ! Elle n’a pas vraiment développer d’habitude et elle dort très bien dans son lit.
  • On nous a aussi dit que c’était dangeureux, qu’on pouvait étouffer notre bébé. Pourtant, ce sont les sage-femmes elles-mêmes qui nous l’ont recommandé en nous donnant des conseils comme mettre le fait de positionner le bébé plus haut que nous par exemple. Verdict ? Si on vit toujours en ayant peur de mal faire, on ne peut pas être parent ! On a pas eu la sensation de mettre Louise en danger, surtout qu’on a un lit de 160cm. D’ailleurs, c’est marrant mais quand Louise est dans notre lit, on ne bouge quasiment pas ! Et quand elle n’est pas là, on bouge beaucoup ! Je ne vais ni vous le recommander, ni l’inverse. Le seul conseil que je donne toujours si on me demande, c’est “Fais ce que tu considères comme bon pour ton bébé avant tout.”
  • On nous a aussi dit que c’était pas envisageable par rapport au couple ! Nous, on pense au bien-être de notre fille avant tout. Être parent, c’est faire des compromis ! Pour le temps que ça représente à l’échelle d’une vie, c’est pas grand chose ! Et à vrai dire, je pense que tant qu’on a pas eu d’enfants, on ne peut pas connaître cette sensation de don de soi, de son temps, de son énergie, de son amour. Moi-même je n’aurais pas imaginé pratiquer le co-dodo !

FINALEMENT …

Le cododo, c’est un parti-pris. Il y a les personnes pour et les personnes contre. Il y a les théories éducatives qui sont pour car ils en voient les bénéfices en se basant sur des témoignages, et la médecine qui est plutôt contre car elle en voit les dangers et les risques en se fiant aux statistiques. Les deux se justifient.

De notre côté, on choisit de toujours vivre avec positivité, en voyant les bénéfices plutôt que les risques que l’on prend quand même en considération. Quoiqu’il arrive, je ne suis ni pour, ni contre le cododo, il faut faire en fonction du besoin de l’enfant et de sa propre aisance à pratiquer le cododo. Cela peut d’ailleurs se pratiquer de façon plus « sécurisée » via un lit accolé au lit des parents !

Si je devais vous donner mes modestes conseils pour pratiquer le co-dodo de façon sécurisée (même si le risque 0 n’existe pas), ce serait :

  • Avoir un matelas ferme et des draps bien propres. Ne pas avoir une multitude de coussins qui pourraient tomber sur son visage et l’empêcher de respirer. Avoir juste un oreiller pour chacun des parents.
  • Avoir un lit de 160cm ou 180cm. Avec un lit de 140cm, c’est un peu serré et moins confortable à long terme. Dans ce cas, pourquoi pas opter pour un berceau de co-dodo.
  • Dormir dans un lit bien collé au mur au niveau des têtes pour que le bébé ne puisse pas tomber.
  • Faire dormir le bébé entre les deux parents, légèrement plus haut, ses fesses à hauteur de nos visages.
  • Ne pas couvrir le bébé car il y a déjà la chaleur humaine et cela éviterait de lui recouvrir le visage pendant la nuit. Un pyjama et sa gigoteuse, ça suffisait bien.
  • Je n’en ai pas mais à mon avis, c’est mieux si il n’y a personne d’autres sur le lit (autre enfant, animal de compagnie)

Et vous alors ? Tentée par le cododo si votre bébé en montrait le besoin ? Ou plutôt inquiète à l’idée de le pratiquer ? En tous cas, si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaires, je serai ravie de vous répondre, quelque soit votre avis sur le sujet ! Comme toujours, je respecte les choix de chacun et je ne suis pas une spécialiste, juste une maman comme une autre qui partage un retour d’expérience ! Mais comme chaque bébé, chaque maman, chaque contexte, chaque lieu de vie est différent, je ne me permettrai jamais de vous juger ou de prétendre que ma façon de faire est meilleure que la vôtre ! Tous les retours d’expérience sont bons à prendre ! Pour retrouver mes autres retours d’expérience et articles bébé, c’est par ici.

cododo bébé cododo bébé cododo bébé cododo bébé cododo bébé

18 Commentaires

  1. Anais
    25 mai 2018 / 22 h 20 min

    Merci pour ce retour d’expérience de maman !!
    Je me pose une petite question, je suis maman depuis 1 mois bientot et nous pensions avoir besoin de garder notre petit garçon avec nous dans la chambre plus longtemps et pourquoi pas en cododo mais au bout de 15 jours on ne dormait quasiment pas à cause de tous ces petits bruits ! Comment avez vous fait de votre côté ?

    • 25 mai 2018 / 23 h 23 min

      Coucou !
      Alors Steph a le sommeil tellement profond que même à côté, il ne l’entend pas pleurer !
      Quant à moi, je mettais des boules Quies. Comme ça, j’entends pas les petits bruits de sommeil mais si elle commençait à râler/pleurer, j’entendais illico !!
      Maud

  2. Morgane
    25 mai 2018 / 23 h 44 min

    Merci beaucoup pour ton article et ton retour d’expérience ! On est aussi en cododo avec notre petite depuis 1 mois, ça se passe bien elle dort tellement mieux avec nous alors que dès qu’on la pose dans son lit c’est plein de sursaut et réveil au bout de 5 minutes.

    Bonne continuation et surtout encore plein d’article

    • 31 mai 2018 / 13 h 57 min

      Alors tu fais bien, elle a besoin de vous votre poulette !!
      Maud

  3. Florine
    25 mai 2018 / 23 h 56 min

    Coucou Maud !
    Cet article est super. Je travaille dans un service de néonatalogie, je n’ai pas encore d’enfant mais au départ j’étais vraiment contre le cododo car je me disais pour le couple etc… et puis finalement après toutes les nuits passées à côté de ses petits bouts et parfois de leurs mamans en maternité je me suis rendue compte à quel point ils ont besoin comme tu l’expliques de sentir la chaleur, le cœur battre, la respiration… c’est parfois instantané même contre nous infirmières… En tout cas belle expérience, ta petite loulou a bien grandit et est de plus en plus mimi chaque jour ! ❤️

    • 31 mai 2018 / 14 h 05 min

      Tu es au plus près des besoins des bébés dis donc !
      Oui, je me souviens de la rapidité à laquelle la sage-femme avait apaisé Louise cette fameuse 2e nuit où j’ai galère !!!
      Merci beaucoup 🙂
      Maud

  4. Benoit
    26 mai 2018 / 10 h 59 min

    Coucou Maud,

    Moi je étais un peu ds le même esprit que toi au début
    Chacun sa chambre…
    Et tu entends tous et n importe quoi.
    La sage femme pareil nous avait pas déconseillé, ça veut dire aussi que l’enfant a besoin de cette présence.
    En faite c est pas nous qui choisissons, c est le bébé.
    On a fait du co dodo pr les 2 avec mon ex.
    Pas de soucis.
    Et ça c est déroulé petit à petit, par etape, lit ds la chambre pr la rassurer,et puis après on a mis son lit ds sa chambre et ça a été parfait.
    Si je venais à avoir un autre enfant je referais pareil.

    • 31 mai 2018 / 14 h 03 min

      Exactement, il faut écouter son bébé, avancer progressivement, step by step, à son rythme !
      Maud

  5. Sarah
    26 mai 2018 / 11 h 11 min

    On pratique le cododo depuis sa naissance et il va avoir 8 mois. Dès la maternité il a montré le besoin de dormir prêt de nous. On dormait sur le dos et lui à plat ventre sur nous, c’etait le seul moyen. Pour les siestes la journée il était en écharpe jusqu’à ses 4 mois quasiment ! Ensuite il est passé entre nous dans le lit et maintenant il est dans son berceau cododo mais toujours prêt de maman. On le met dans son lit pour les siestes mais comme on a déménagé y’a 1 mois on ne veut pas tout faire en même temps. Tu as totalement raison, le principal c’est d’écouter son bébé et pas les gens autour !

    • 31 mai 2018 / 14 h 00 min

      Moi aussi elle a plusieurs fois dormi sur moi, c’est une sensation incroyable !
      Profite bien 🙂
      Maud

  6. Anenro
    26 mai 2018 / 18 h 10 min

    Bonjour,
    Je n’ai pas pratique le co dodo ma poupee a maintenant 11 ans mais elle a dormi dès le premier jour dans sa chambre.En revanche à la maternité elle pleurait dès que je m’eloignais elle avait besoin de mon odeur et je l’ai prise dans mon lit, chaque matin j’avais des remarques de l’équipe soignante mais elle a passé tout le séjour dans mon lit et a dormi comme un ange !

    • 31 mai 2018 / 13 h 57 min

      Hallucinant d’avoir des remarques de l’équipe soignante, c’est pas normal !!!
      Maud

  7. Juuustineblln
    26 mai 2018 / 22 h 52 min

    Coucou Maud ! Quel est votre rituel de pré-dodo pour la rassurer ?
    Je suis jeune tata de 5 petits boutchous mais ceux sont les deux derniers de moins d’un an qui me travaillent les hormones 23 ans j’ai encore le temps d’en voir venir mais je prends plaisir à me renseigner, à voir faire, a prendre dans les bras. Je reconnais le co-dodo ça paraît évident pour rassurer et inconsciemment on doit moins bouger dans le lit mais j’ai peur des habitudes que prennent les enfznts. À quel âge l’enfant prend des habitudes ? Que les pleurs sont des caprices ?
    Qu’il cherche. Je crois que je crains surtout « l’autorite », comment avoir un enfant calme comme LOuise finalement, quand tu la filme et qu’elle pleure tu sais ce qu’elle veut. Elle cherche juste à parler finalement ! En tout cas j’adore vous suivre

    • 31 mai 2018 / 14 h 02 min

      Je lui donne le biberon dans sa chambre, sous son tipi, dans la pénombre. Je lui raconte sa journée puis je chante une petite comptine. Je la dépose alors dans son lit et elle s’endort.
      La pédiatre m’avait dit que les bébés ne prennent pas l’habitude de quoi que ce soit, ils expriment juste des besoins.
      Prendre l’habitude vient bien plus tard.
      Pour les caprices, je crois que c’est plutôt vers 2-3 ans. Le cerveau n’est pas assez mâture avant.
      C’est ma fille donc j’ai appris à la comprendre et je reconnais ses comportements. Ça vient naturellement !
      Maud

  8. Mumtwokids974
    28 mai 2018 / 16 h 21 min

    Super retour d’expérience. Pour ma part cododo avec nos deux enfants la question du piur ou contre ne s’est jamais posé. Matteo dort encore avec nous il a 1 an tout juste. Merci pour ton retour.

    • 29 mai 2018 / 8 h 14 min

      Exactement, la question ne se pose pas, c’est en fonction des besoins !
      Maud

  9. 29 mai 2018 / 10 h 25 min

    On a pas mal pratiqué le cododo surtout avec mon fils. MA fille a très rapidement dormi seule dans son lit. Mais pour Eliott ca été une autre paire de manche… Surement à cause de ma grossesse un peu compliquée, il a certainement du le sentir… Du coup il dormait souvent avec nous, ce qui ne me gênait pas. Mon mari un peu plus.
    Après, le cododo c’est bien et c’est important quand les petits sont tout petit. Je pense qu’il y a un âge où ils n’en ont plus besoin.

    • 31 mai 2018 / 13 h 59 min

      Comme quoi, chaque bébé est différent.
      Oui, c’est clair ! Louise n’en a plus besoin. Ca arrive quelques fois. Par exemple hier soir. Après 3 jours, elle ne voulait pas que je quitte sa chambre. Donc je l’ai endormie avec moi finalement. Mais je l’ai transvasée dans son lit en allant vraiment me coucher et elle a très bien dormi !
      Maud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *