Vous cherchez quelque chose ?

EPILATION DEFINITIVE, MON EXPERIENCE

Puisqu’ici, on est majoritairement entre filles, parlons poils ! Bien que, je vous l’accorde, cela concerne aussi les hommes. Je ne sais pas vous, mais avec mes copines, il y a toujours un moment où ça finit par parler poils, et aussi envie d’épilation définitive !

Alors nous y voilà ! Des années que j’ai envie de passer le cap de l’épilation définitive, et j’ai enfin commencé. Petit historique pour que vous puissiez savoir d’où je pars. J’ai commencé à me préoccuper de mes poils tardivement, vers 12-14 ans. Je suis blonde, j’avais peu de poils, et ils étaient clairs. J’ai commencé vers 12 ans par les aisselles car c’est là que c’était le plus visible et gênant. Puis les demi-jambes vers 13 ans. Dans les deux cas, j’ai commencé à la crème dépilatoire. C’était pas agressif pour la peau et ça me convenait bien. Je suis vite venue au rasoir. Ma maman a peu de pilosité car blonde aussi. Elle rase ses jambes vraiment une fois de temps en temps. Donc pour elle, c’était facile. Moi, je faisais de la gym donc entre les justaucorps échancrés, les jambes nues, les débardeurs à l’entraînement, il fallait que ce soit toujours niquel. Du coup, je rasais souvent. Vers 15 ans, j’ai commencé à faire le maillot. Bords de maillot, puis plus échancré jusqu’à complet. L’achat d’un maillot de bain blanc en été me l’avait imposé. Ou plutôt, je me l’étais imposé. Quelle erreur. Un maillot complet au rasoir, la mauvaise idée. J’ai pourtant fait ça pendant 7 ans par habitude et facilité. Vers 21/22 ans, j’en ai eu marre de ce rasoir permanent, de cette pilosité devenue si drue, de cette peau toujours irritée/sèche et des poils sous peau. J’ai donc décidé de passer à la cire. Bien trop flippée à l’idée d’être torturée en institut, j’ai voulu le faire seule. Par économies aussi. J’ai acheté de la cire chaude Nair et j’ai attaqué. Pour les aisselles, facile, mais douloureux ! Pour les jambes, douloureux mais ça allait. Pour le maillot, je savais que j’allais douiller alors je me suis lancée pendant un weekend de 4 jours ! Je faisais des mini-bandes. Du coup, ça a duré plusieurs jours et je n’ai pas tout fait. Impossible de tirer !

Avec le temps, la pilosité a diminué et est devenue plus fine, mais c’était toujours compliqué à faire seule. La cire n’a pas la même qualité qu’en institut, on a pas la même facilité à tirer. La peau ne réagit pas pareil non plus. Quand on sait qu’on va tirer, on se prend une suée !

Quand j’ai commencé à travailler, vers 25 ans, j’ai dit stop au home made et je suis passée aux instituts. Autant vous dire que pour le maillot la première fois, j’étais pas prête ! J’ai eu tellement mal ! Puis avec le temps, on s’y fait. Quelques années après, je ne sens plus trop la plupart des endroits. Mais par contre, ça reste une grosse dépense, 50€ par mois chez Yves Rocher, voire un peu plus maintenant. C’est aussi pour cela que l’épilation définitive me trottait en tête depuis un moment.

J’ai regardé beaucoup d’offres : en institut, chez un dermatologue, et dans des centres qui ne font que cela. J’ai aussi reçu beaucoup de propositions de collaborations. Mais rien ne me rassurait suffisamment pour me lancer en toutes sécurité. C’est quand même pas rien ! Pendant l’été, j’ai échangé avec la Clinique Del Mar au Cap d’Antibes, un établissement prestigieux qui propose à la fois de la chirurgie esthétique, et également de la médecine esthétique. On m’a proposé de découvrir cette deuxième partie de la clinique. Ils proposent énormément de soins pour le visage et pour le corps mais j’ai tout de suite pensé à l’épilation définitive. Non seulement parce que je voulais passer ce cap depuis plusieurs années, mais aussi parce que je me suis dit que ce serait super de pouvoir faire cela dans un établissement médical, avec une technologie de pointe et un protocole sérieux. Rassurée, je leur ai fait cette proposition, et je me suis lancée. Si vous avez des questions sur d’autres traitements et protocoles de la clinique, n’hésitez pas à les contacter ici. Il y

J’ai commencé le 2 octobre 2020 par la première séance. Comme prévu, je me suis rasée deux jours avant. Moi qui ne m’étais pas rasée depuis plus de 12 ans, ça m’a fait tout drôle. Le jour J, j’étais un peu stressée. Peur d’avoir mal surtout ! Je descends dans la salle, je découvre la grosse machine, et Olivia, la médecin qui va s’occuper de moi. Première étape, déshabillage. Deuxième étape, port des lunettes spécifiques pour ne pas abîmer les yeux, et en route. D’abord les aisselles. Puis les demi-jambes, et enfin le maillot. Je me décrispe assez vite car la douleur est facilement tolérable. En réalité, ce n’est pas vraiment douloureux, c’est juste pas agréable. Mais tout à fait surmontable. La sensation, c’est comme un élastique qui claque contre la peau. Aux aisselles, on a une sensation de chaleur et de claquement. A la fin, elle dépose une serviette fraîche pour apaiser. Franchement, rien de douloureux. Pour les 1/2 jambes, je sentais un peu plus quand elle passait sur l’os et en haut du mollet. Quant au maillot, plus c’est proche des muqueuses, plus c’est sensible, et sur les os, ça pique davantage. Là où j’ai eu le plus mal pour cette première séance, c’est sur le sillon inter-fessier mais elle n’a fait qu’un tir pour éviter de repasser. Olivia est juste parfaite, elle sait mettre à l’aise, elle est assez drôle et on parle de tout. Du coup, pas de gêne du tout ! La séance a duré un peu plus d’une heure.

De retour chez moi, on m’avait dit que lorsque les poils tomberaient, c’était drôle car en les prenant entre les doigts, ils partaient tout seul. Et moi, bêtement, je pensais que ce serait le jour même, j’avais pas demandé. Ce phénomène s’est produit à J+12 environ, et effectivement, c’est impressionnant, et satisfaisant ! Je n’ai pas fait de gommage ou autres, ils sont tombés au fur et à mesure des douches, des frottements avec les vêtements aussi. Attention, je n’avais pas une pilosité colossale non plus vu que j’ai épilé pendant près de 15 ans.

Je n’ai rien touché entre la première et la deuxième séance, un mois plus tard. Comme prévu, deux jours avant mon rendez-vous du 5 novembre, j’ai rasé. Juste avant, j’ai pris des photos pour qu’elles voient où et dans quelle mesure la pousse avait eu lieu. Voici les photos juste avant la 2e séance. Vous comprendrez aisément que je ne partage pas celles du maillot mais c’était globalement similaire, à peine un peu plus.

La deuxième séance a duré à peu près le même temps car elle est repassée partout, de la même façon. J’ai beaucoup moins senti les sensations de claquements d’élastiques. Et cette fois, pour le sillon inter-fessier, pas douloureux, juste un peu plus “piquant” ! Nous sommes le 10 novembre et ma prochaine séance est prévue le 1er décembre. Je continuerai de mettre à jour cet article au fur et à mesure du traitement. En attendant, je vous mets les réponses à vos questions posées en story !


LES REPONSES A VOS QUESTIONS

  • Est-ce possible avec une peau et des poils clairs ? Pour les poils clairs c’est évidemment un peu plus difficile que foncés donc il est nécessaire de faire plus de séance. Par contre, cela ne marche pas sur le poil blanc. L’idéal est d’avoir une peau claire par contre. Il faut attendre de perdre son bronzage pour commencer les séances surtout si on est déjà naturellement un peu mat. 
  • Tout le monde peut le faire ? Tout le monde oui. Pour les mineurs, il faut la validation des parents. 
  • Quelles sont les contre-indications ? Pendant les grossesses et l’allaitement, c’est contre indiqué. Il faut faire attention aux personnes sous aspirine en prise quotidienne. Les médicaments servant à éradiquer l’acné, comme le Roacutane notamment, peuvent causer des rougeurs à l’issue du traitement. Lorsque le patient suit un traitement photosensibilisant (certains antibiotiques tels que le Ciflox, l’Oflocet, le Peflacine, le Bactrim ou encre le Tetracycline et certains anti-allergiques tels que le Méquitazine ou le Prométhazine), cela peut entraîner des brûlures au niveau de la peau. Lorsque le patient a la peau légèrement rouge du a un coup de soleil, il est recommandé de ne pas faire la séance. Lorsqu’un tatouage se trouve sur la zone à épiler on ne passe pas dessus. En effet, le laser va détruire le pigment foncé de la peau, pouvant entraîner des brûlures. Lorsqu’une lésion est présente sur la zone à traiter. Il faut attendre que la peau soit complètement guérie pour que l’épilation au laser puisse être réalisée.
  • Quelle technologique de laser ? La technologie Viora, c’est le laser les plus performant.
  • Les poils repoussent dans le temps ou pas ? Une épilation définitive n’est jamais définitive, il faut refaire une retouche environ 1 fois par an ou moins selon le poil.
  • Pourquoi le faire dans une clinique esthétique vs un dermato ou une esthéticienne ? Différence de matériel et d’efficacité ? Les machines sont médicalisées, plus sécurisées, plus performantes et maitrisées par des professionnels de santé. L’épilation définitive est un acte médical.
  • Nombre de séances moyen ? Une cure de 5 traitements est recommandée, tout en faisant un diagnostic préalablement. Cela peut varier selon la pilosité.
  • Possibilité de mettre une crème anesthésiante ? On peut l’envisager sur les zones sensibles. Il convient d’en parler au préalable au professionnel. Pour lui avoir posé la question, elle préfère qu’il n’y ait rien sur la peau, d’autant plus que c’est tout à fait supportable.
  • Séances possibles après exposition au soleil ? On recommande fortement de ne pas aller au soleil pendant le traitement, des réactions peuvent apparaître car la peau a été sensibilisée. Surtout pas dans les 3 semaines suivant une séance. La clinique ne réalise pas d’épilation définitive sur la période juillet et août.
  • Retour des poils avec grossesse/hormones ? Oui, c’est probable. Il faut néanmoins attendre après la grossesse et l’allaitement avant de refaire une séance d’entretien.
  • Possible avec tatouage ? On évite de faire les épilations sur les tatouages car cela peut endommager la couleur du tatouage.
  • Dangereux pour la santé ? Effets secondaires ? Ce n’est pas dangereux car ce sont des machines médicalisées, donc sécurisées et manipulées par des professionnels de santé formés. En revanche, le risque 0 n’existe pas et il faut impérativement respecter les consignes données. Il peut y avoir très rarement des réactions cutanées contrôlées.
  • Existe pour le visage ? Oui, plutôt pour le menton, et éventuellement la moustache.
  • Niquel après la première séance ou les poils mettent du temps à tomber ? Le poil va évidemment tomber et mettre du temps à repousser, pour ceux qui repoussent après la première séance.
  • Je peux commencer si je tombe enceinte prochainement ? Oui, mais il faudrait arrêter le traitement pendant la grossesse.
  • A quoi sert le gel qui est appliqué ? Il permet la transmission optique, comme pour les échographies.
  • Types de poils impossibles ? Oui, les poils blancs.
  • Qui est la personne qui le fait ? Docteur, infirmière ou thérapeute sous la responsabilité du médecin, c’est un acte médical.

LES TARIFS

Petit point de comparaison. Chez l’esthéticienne, pour une épilation à la cire, il faut compter 50€ toutes les trois semaines pour une épilation maillot/demi-jambes/aisselles. C’est une moyenne car selon les régions, cela peut être plus cher, et selon les pilosités, plus réguliers. Pour cette moyenne (17 passages par an), cela revient environ à 850€.

Pour une épilation définitive maillot complet, demi-jambes et aisselles, il faut compter 2430€. Ce qui revient à environ 3 années d’épilation à la cire. Quand je pense que ça fait 12 ans pour ma part à raison de 12 passages annuels. Je ne calcule même pas !!! Bref, j’avais jamais passé le cap à cause du budget, puis finalement, même si l’enveloppe est importante, c’est vite rentabilisé pour celles qui comme moi étaient de la team épilation cire en institut !

La séance5 séances
Lèvre supérieure70€300€
Menton80€350€
Bande du ventre90€380€
Aisselles150640€
Maillot brésilien180€770€
Maillot complet220€940€
Ventre190€810€
Demi jambes200€850€
Jambes entières300€1280€
Bras250€1070€
Demi-dos250€1070€
Dos300€1280€
Epaules200€850€

J’espère que cet article sur l’épilation définitive répond à vos questions et vous apporte des éclairages. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les poser en commentaires et j’ajouterai cela dans l’article avec les réponses !

Pour retrouver tous mes articles beauté, c’est par ici !

10 Commentaires

  1. Marine
    10 novembre 2020 / 15 h 13 min

    C’est dingue parce que moi ca fait quelques années que je le fais (la première année les séances étaient plus rapprochées et maintenant c’est tous les 6mois/1 années en fct de la réponse mais je n’ai quasi plus rien) par contre moi c’était quand même assez douloureux au maillot, même avec la crème anesthésiante…donc j’avoue tes impressions sur la douleur m’etonnent. Est-ce que cest peut être dépendant du laser ?…

    • Maud
      Auteur
      13 novembre 2020 / 13 h 17 min

      Ah mais c’est génial.
      Peut-être que la technologie a évolué, car moi, pas de crème anesthésiante en plus. Après, ce n’est peut-être pas le même appareil non plus. Je le fais e clinique esthétique, c’est le laser le plus performant et la technologie la plus récente qui existe.
      Maud

  2. Breton Lila
    10 novembre 2020 / 17 h 23 min

    Bonjour Maud,
    Est ce qu’au bout d’un certain temps ça repousse (5/10/15/30 ans) ou c’est à vie et ça repousse JAMAIS ??
    Merci bonne journée
    Gros bisous à Stéph et aux kids
    Lila

    • Maud
      Auteur
      13 novembre 2020 / 13 h 15 min

      La réponse est dans l’article 🙂
      Maud

  3. Jenny
    10 novembre 2020 / 21 h 49 min

    Bonjour Maud, sais-tu si l’épilation définitive est possible lorsque l’on a des grains de beauté ? De mémoire, la lumière pulsée n’est pas conseillée, qu’en est-il pour le laser ?
    Merci beaucoup

    • Maud
      Auteur
      13 novembre 2020 / 13 h 15 min

      Je vais poser la question à la prochaine séance !
      Maud

  4. Zak
    11 novembre 2020 / 0 h 06 min

    Super article ! Merci beaucoup !!
    A tout hasard, il y aurait – t’il un code promotionnel pour vos lectrices ? Ça serait génial !

    • Maud
      Auteur
      13 novembre 2020 / 13 h 15 min

      Je vais essayer de demander ! Je vous tiendrai au courant !
      Maud

  5. Leonard
    15 novembre 2020 / 17 h 11 min

    Bonjour, merci beaucoup pour cet article bien complet. J avais juste une question : juste après la séance est ce que la zone est irritée ? Douloureuse ou rouge parce que “brûlée”? Et si oui cela dure combien de temps svp ?
    Merci d avance pour votre retour

    • Maud
      Auteur
      17 novembre 2020 / 10 h 48 min

      La zone est rougie dans les minutes qui suivent, et encore, pas forcément, cela dépend du jour, de la zone, de la personne. Par exemple, aisselles et 1/2 jambes rien. Maillot un peu rougi mais ça part en quelques minutes. Il n’y a pas de brûlure non !
      Maud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.